Biographie du Dr Bach

Edward Bach est né le 24 septembre 1886 à Moseley, village près de Birmingham en Angleterre.

En 1905, il commence ses études de médecine à l’université de Birmingham. Il obtient son doctorat en 1912, ouvre un cabinet de consultation à Londres en 1913 et travaille de 1913 à 1918 en milieu hospitalier.

Remarquant que ses patients ont des convalescences très différentes, il devient bactériologiste et poursuit des recherches sur le rapport entre intoxication intestinale et maladies chroniques. Il crée ses premiers vaccins intestinaux.

En 1917, négligeant sa propre santé, il s’effondre dans son laboratoire : il a un cancer abdominal et ses confrères médecins lui donnent trois mois à vivre. Malgré les souffrances et l’affaiblissement, il met à profit les jours qui lui restent à vivre et travaille sans relâche dans son laboratoire. Puis petit à petit, il reprend des forces et comprend que le facteur psychologique est capital dans le développement des troubles organiques.

En 1919, il découvre le travail d’Hahnemann et devient homéopathe. Il adapte alors ses vaccins en dilution homéopathique, connus encore à ce jour sous le nom de «Nosodes Intestinaux de Bach ». Il remarque que chaque nosode, relié à une toxémie intestinale, correspond à un profil psychologique. Il en dénombre sept catégories. Il pousse alors sa réflexion et change de méthode, passant de l’analyse des selles à l’étude des profils des personnes car il se rend compte qu’en partant de la personnalité du patient, il est en mesure de savoir quel type de germe se trouve dans ses intestins. Il fait ainsi des analogies qui l’incitent à prendre en considération la personnalité de l’individu, avant son symptôme. Il est convaincu qu’il est plus important de soigner le malade et non sa maladie, la maladie n’étant que la conséquence d’un déséquilibre de la personne.

En 1922, il crée son propre laboratoire à Londres pour chercher des remèdes qui vont agir sur l’humeur et le tempérament, et forme des confrères venant du monde entier. Il met au point un régime diététique pour faire baisser le niveau toxémique intestinal. En parallèle, il continue ses consultations dans un cabinet médical, dans un laboratoire et dans un dispensaire où il soigne les plus pauvres.

Il parcourt de longues distances à pied en observant différentes plantes. Un jour, une idée lui vint à l’esprit : chaque goutte de rosée doit contenir toutes les propriétés de la plante sur laquelle elle se trouve. La collecte de la rosée étant laborieuse, il fait macérer la plante au soleil, en plein milieu d’un champ, dans un bol rempli d’eau de source récoltée dans l’environnement de la cueillette. Puis il constate qu’après le temps de solarisation nécessaire, l’eau est imprégnée de la même force vitale que la plante.

En 1928, il découvre 3 premières plantes qui ont des effets intéressants à 70% par rapport au vaccin intestinal. Puis il change sa méthode de préparation et obtient un résultat supérieur au vaccin. Il sait qu’il doit maintenant trouver les plantes qui correspondent à tous les profils humains.

De 1928 à 1930, le Docteur Bach éprouve de plus en plus le besoin de se retirer au pays de Galles où il passe régulièrement des vacances. Ces temps de réflexions et de méditations vont le conduire progressivement vers de grandes décisions.

C’est au mois de mai 1930 qu’il quitte Londres définitivement pour se retirer à la campagne où il poursuit ses recherches, avec la même minutie. Malgré sa célébrité et la reconnaissance de ses pairs, il démissionne progressivement de ses différents postes à responsabilité et cède ses activités professionnelles. Il travaille à l’étude des tempéraments humains, à la recherche de plantes et à leur mode de préparation. Il est aidé par son sens de l’observation de la Nature et sa grande sensibilité.

En 1934, le Docteur Bach s’installe à Mount Vernon, un petit village près de Wallingford. Il y passera les deux dernières années de sa vie à la recherche des dix neuf autres remèdes qui lui manquent.

En 6 ans de recherches acharnées et d’expérimentations, il a trouvé 38 fleurs correspondant chacune à une facette des personnalités humaines. Il commence rapidement à écrire son unique livre : « Guéris-toi toi-même » ainsi que la deuxième partie intitulée « Les douze guérisseurs et autres remèdes » traduit en français sous le nom  « La guérison par les fleurs » (1931).

En quelques années, ses remèdes sont connus du monde entier.

Son travail étant accompli, Edward Bach meurt paisiblement le 27 novembre 1936, après avoir créé un système complet de guérison. Il laisse son travail à ses proches collaborateurs, qui créent la Fondation Edward Bach dans l’ancien laboratoire.